ANECDOTES

Il y a longtemps, au siècle dernier, il était à Quimper un vieux de la vieille, un vrai Pilote qui avait connue la vraie Aviation, même peut-être il était issu de l’Aviation populaire.

Signe particulier : il avait toujours dans une poche une boîte de harissa, on ne sait jamais, il n’y en pas à toutes les tables.

Il avait un Rallye et une petite société de remorquage de banderoles à Quimper.

Un jour de temps breton, plafond assez bas sur les Monts d’Arrée, en vol avec son Rallye il entend un avion perdu.
Ils dialoguent sans panique sur la fréquence et notre rallyman situe l’autre avion, le rejoint et le ramène à Quiberon.
Pas le temps pour lui de répondre à l’invitation du rescapé pour un pot à Quiberon, mais il lui dit qu’il peut toujours passer à Quimper.

Le lendemain, il bricolait sur son Rallye sur le parking de Quimper, un Gardan arrive, une espèce de clochard en descend, une bouteille de Whisky sous le bras.

Et c’est ainsi que notre pilote breton a passé la soirée avec Jacques Brel.

Geneviève

Ah oui, à cette époque à Quiberon, on croisait Jacques Brel et son Gardan ou, plus souvent, Louison Bobet et l'un de ses avions (un bon copain a commencé sa carrière de pilote chez lui)

Léon

Moi mon souvenir du Grand Jacques c'est de lui avoir fait le plein de son Gardan à Romans quand j'étais tout petit (moins gros) et que je faisait le traine-terrain les Samedi-Dimanche-et-vacances-scolaires ce qui me permettait de grapiller de temps en temps 10 minutes de D112. J'avais 17 ou 18 ans.

Je pensais bien l'avoir reconnu alors que je remplissais ses réservoirs, mais nous n'avions pas de poste de télé à la maison. Ma mère qui était une de ses fans avait quelques 33 tours avec sa photo sur les pochettes.
 
Ce n'est que quand je lui ai demandé de remplir et de signer le bon d'essence que j'ai eu confirmation de son identité, et comme le contact avait été bon pendant le remplissage, quand je lui ai dit tout le respect que j'avais pour lui, il m'a répondu : "Continue à me parler comme avant, je suis pilote, tu es passionné, allons au bar prendre un verre."
 
Et c'est comme ça que je suis entré dans le bar, tutoyant Jacques Brel et discutant d'avions...
 
Plus tard, quand Paul, le tenancier me questionna sur ma relation avec Jacques Brel, je lui ai répondu qu'avant d'avoir fait le plein de son avion, je ne connaissais que ses chansons.
 
Mais nous étions tous deux membres de la grande famille des "aviateurs", nous étions "frères dans notre passion"!!
 
Titi
 
Le vrai aviateur était le grand Jacques, Jacques Brel, c'était un tout autre calibre, nous on était encore gamin à

essayer de faire voler droit ce putain de D112, lui passait ses licences de pilote de ligne à l'école des Ailes, il

 nous alignait de ses questions au bar du club et gare à celui qui ne savait pas répondre ! il a été un de nos

professeurs d'aviation, et un vrai car il n'y a pas que la technique, il y a surtout la philosophie de vie,

"savoir","savoirfaire", c'est bien, mais sans le "savoir être" ça vaut très exactement zéro.
 
Bee Gee

© pfiquet.be 2008